offre
spéciale
3 moisgratuits*
profitez de l'offre

LE DIGITAL POUR RÉDUIRE LA FRACTURE NUMÉRIQUE

Aujourd’hui, il existe de grandes différences entre les personnes détentrices d’un smartphone et l’utilisation qu’elles en ont selon leur âge ou leur origine social

LES ÉVOLUTIONS DES COMPORTEMENTS NUMÉRIQUES

Les ménages français possèdent de plus en plus d’équipements numériques avec chaque année de nouvelles offres : smartphones, tablettes, montres connectées, et depuis peu enceintes intelligentes.

Le smartphone s’impose aujourd’hui comme l’équipement de référence des français. En 2018, 3 personnes sur 4 ont l’usage d’un smartphone (75%, + 2 points) selon le baromètre de l’ARCEP.

De plus, l’accès au réseau 4G devient de plus en plus aisé : 61% des particuliers équipés de mobiles se connectent à internet par ce biais. Le smartphone s’installe donc de plus en plus comme le mode d’accès principal à internet devant l’ordinateur (46% contre 35%).

Les internautes se transforment progressivement en mobinautes. Enfin, les différences territoriales sont moins grandes qu’on ne pourrait le croire entre les territoires ruraux et urbains et entre les petites communes et les grandes villes.

En effet, la part des détenteurs de smartphones varie seulement de 68 à 78% en fonction de la taille des communes.

LA FRACTURE NUMÉRIQUE … DES COMMUNES !

Les Français sont donc plutôt bien équipés et prêts pour les usages digitaux. Paradoxalement, nombreuses sont encore les collectivités qui n’offrent qu’un seul accès web à leurs citoyens pour les informer.

Aujourd’hui, on estime que seules 5 à 10 % des mairies ont une application mobile. Ce « retard » s’explique par une offre de solutions complexes et inadaptées pour la mairie comme pour les usagers.

Ainsi, 1 adulte sur 5 n’utilise pas ou abandonne l’usage s’il rencontre des difficultés et la durée de vie d’une application dédiée dépasse rarement les 3 années d’existence.

En effet, les freins à l’adhésion des applications mobiles sont connus : interface complexe, faible utilité quotidienne et méfiance autour des données personnelles. Le vrai défi du numérique citoyen est bien là : utilité, sobriété et efficacité.