Avis clients citykomi.com
offre
spéciale
3 moisgratuits*
profitez de l'offre

LA TYRANNIE DE LA COLLECTE DES DONNEES PERSONNELLES, C’EST FINI !

Le RGPD a coupé court au dictat de la collecte de données pour avancer vers un modèle résolument tourné vers l’humain en abandonnant l’exploitation de ses informations personnelles.

La mode du Big Data et ses dérives.

Ces vingt dernières années, le modèle de réussite économique était rattaché au nombre de données consommateurs qu’une entreprise avait en sa possession. Devenu un standard avec l’avancée du web 2.0, ce modèle de Big Data avait pour but de servir les besoins marketing et commerciaux.

Dans cette optique, le citoyen n’avait pas d’autre choix que de céder ses informations personnelles pour accéder à un service, la création de compte n’avait nul échappatoire.

Par donnée personnelle, il est entendu : civilité, nom, prénom, adresse postale, téléphone, email, date de naissance, classe sociale, poids, géolocalisation, etc. Une mine d’informations qui couplée aux données d’usage (sites visités, achats effectués, recherches, etc) permettait d’envoyer des publicités ciblées en fonction de l’âge, du genre, des centres d’intérêt ou encore de refuser un crédit en raison d’une santé défaillante (particulièrement vrai aux Etats-Unis).

Abusif non ? Une méthode qui a fait son chemin sans aucune limite ni contre-indication avec une exploitation des données souvent faite à l’insu des personnes concernées.

Progressivement, la transformation digitale a aussi bouleversé le mode de communication des mairies envers leurs administrés.

Le RGPD et la hausse des dépôts de plaintes.

L’entrée en application du RGPD a marqué un tournant dans la prise de conscience des enjeux de protection des données personnelles.

Selon un sondage IFOP initié par la CNIL en avril, 70% des Français se disent plus sensibles que ces dernières années à la protection de leurs données personnelles. Depuis un an, il n’est donc pas étonnant que cela ait généré une augmentation du dépôt de plaintes auprès de la CNIL (+32,5%).

L’arrivée du RGPD au sein des mairies Les collectivités territoriales qui commençaient à intégrer les outils digitaux et notamment les réseaux sociaux, se sont retrouvées face à un nouveau challenge : protéger et gérer les données de leurs citoyens tout en étant transparentes sur l’utilisation qui en était faite. Cette réglementation implique notamment que le choix des prestataires se fasse avec une pleine connaissance de l’utilisation des données des administrés.

C’est pourquoi la désignation d’un(e) délégué(e) à la protection des données (DPO) est devenue obligatoire pour les collectivités. Il ou elle a pour mission de tenir un registre des activités de traitement ou encore d’organiser la détection et la gestion des incidents de sécurité.

Citykomi®, la solution 100% anonyme.

L’application Citykomi® permet à une collectivité territoriale d’informer ses administrés sans avoir à gérer de liste de diffusion. Le citoyen télécharge l’application puis choisit de s’abonner à sa ville et ses différents thèmes ou non : pas de collecte de données personnelles, pas de compte à créer.

L’analogie avec la radio est évidente, l’application Citykomi® est comme une radio qui propose plusieurs stations auxquelles les utilisateurs choisissent ou non de s’abonner. Pour autant, l’auditeur d’une radio bénéficie de l’information diffusée sur une fréquence sans que son identité ne soit connue.

C’est le même principe chez Citykomi®. C’est ce parti pris dans la non collecte des données et du libre arbitre de ses utilisateurs qui en fait un outil clé pour les mairies qui souhaitent informer efficacement , au plus près des citoyens et en total conformité avec le RGPD et le respect de la vie privée.